ACTUALITES

Les résultats complets provisoires des législatives 2012 sur le site de burkina24

Écrit par Super Utilisateur

A2

Les résultats complets provisoires  des législatives 2012 sont enfin connus.
La CENI a procédé ce vendredi 7 décembre 2012, soit 5 jours après la tenue du scrutin, à la proclamation des résultats du Kadiogo, objet de litige.
Le CDP obtient la majorité  avec 70 sièges, talonné par l’UPC avec 19 sièges et qui devient la deuxième force politique du Burkina. Du moins, en attendant les résultats définitifs qui
sortiront de l’épuration du contentieux et de la décision finale du Conseil constitutionnel.
Retour sur les chiffres et les paroles. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les résultats au Kadiogo :
La CENI a d’abord procédé à la proclamation des résultats au Kadiogo. Ce qui donne ceci :
- CDP : 4 sièges
- UPC : 2 sièges
- ADF/RDA : 1 siège
- Le Faso Autrement : 1 siège
- UNIR/PS : 1 siège
 
Les résultats de la liste nationale

Me Barthélémy Kéré appelle les partis politiques à contester dans la légalité (Ph : B24)

Ensuite, Me Barthélémy Kéré himself  a proclamé les résultats provisoires pour ce qui concerne la liste nationale aux législatives. 
16 sièges étaient en jeu avec 4  365 153  inscrits, 3 315 795  votants,
3 16 379 suffrages exprimés, 299 416 bulletins nuls et un taux de participation de 75,96%.
Le CDP remporte la moitié, suivi de l’UPC et de l’ADF/RDA :
- CDP : 8 sièges
- UPC : 2 sièges
- ADF/RDA : 2 sièges
- UPR : 1 siège
- PDS/Metba : 1 siège
- CFD/B : 1 siège
- UNIR/PS : 1 siège

Le CDP a provisoirement la majorité absolue

Après cette proclamation, voici la nouvelle
configuration provisoire de l’Assemblée nationale burkinabè  :
- CDP : 70 sièges
- UPC : 19 sièges
- ADF/RDA : 18 sièges
- UPR : 5 sièges
- UNIR/PS : 4 sièges
- CFD/B : 3 sièges
- PDS/Metba : 2 sièges
- UNDD  : 1 siège
- RDS : 1 siège
- ODT : 1 siège
- RDB : 1 siège
- CNPB : 1 siège
« C’est une majorité forte, écrasante, éclatante »
« C’est dans la poche !« , semble  se dire Salam Dermé, responsable à la jeunesse au CDP (extrême droite) (Ph : B24) Comme il fallait s’y attendre, ces résultats ont été accueillis avec force applaudissements dans le camp du CDP. Salam Dermé, premier responsable de la jeunesse au CDP et élu député (il figure sur la liste nationale), a estimé que c’est la preuve que le peuple fait confiance au CDP et que cette victoire allait être célébrée avec « fierté« . 
Non seulement ces résultats suivent, à son avis, « l’ensemble de la mise en oeuvre du Ve congrès », mais également c’est une « majorité forte, écrasante et éclatante »  qui permettra la mise en oeuvre du programme du président du Faso.  
Quant aux accusations de fraudes, Salam Dermé estime que la campagne s’étant déroulée dans la paix, « nous allons gérer l’acceptation des résultats dans cet esprit de construction nationale ».
 
L’UPC demande l’annulation du scrutin au Kadiogo
 
Du côté de l’UPC, on faisait grise mine, et Nathanaël Ouédraogo, directeur national de campagne,  a montré un visage fermé aux journalistes lorsqu’il a déclaré que   »l’UPC est convaincu que les résultats qui viennent d’être proclamés ne sont pas conformes à ce que le peuple s’est librement exprimé dans les urnes le 2 décembre en ce qui concerne les législatives ».
« Ces résultats ne sont pas conformes » à la volonté du peuple, martèle Nathanaël Ouédraogo (à droite) (Ph : BF Actu, conférence de presse UPC 26 -11-2012) Cependant, le parti de Zéphirin Diabré compte utiliser les voies de la Justice car le directeur de campagne a appelé tous les militants et sympathisants   »à rester calmes et sereins, à  faire confiance à la Justice du Burkina, car l’UPC entend saisir (la Justice, NDLR) dans les prochains jours avec des preuves à l’appui, les fraudes
et irrégularités et fraudes massives qui se sont déroulées dans le Kadiogo afin de demander purement et simplement l’annulation des élections dans le Kadiogo et leur reprise comme le stipule le code électoral dans les 60 jours« .
 
L’appel à la retenue

Le président de la CENI,  Me Barthélémy Kéré, a une fois de plus insisté  et appelé les partis politiques à faire recours aux voies judiciaires pour contester les résultats du scrutin.

Cela, dit-il, « afin de nous préserver les affres de la division et des graves crises post-électorales qui peuvent saper les fondements de notre société ».  Il est à espérer qu’il sera entendu.

Catégorie :