Flash info

SENAT: L'ADF-RDA vote contre

Écrit par Super Utilisateur

Le Secrétariat Exéxutif de l'ADF-RDA a fait remarquer que depuis 2005, l’ADF-RDA a inscrit dans son programme politique sa volonté d’expérimenter un bicaméralisme équilibré dans notre pays. En 2011, le parti a réaffirmé cette volonté au cours des travaux du conseil consultatif sur les réformes politiques (CCRP), contribuant ainsi à faire de la création du Sénat, une réforme consensuelle validée ensuite par les Assises nationales convoquées à cet effet. 
Dans la démocratie burkinabè en construction, l’ADF-RDA a toujours soutenu que la création de la deuxième chambre peut apporter une réelle valeur ajoutée à la qualité des délibérations législatives tout en permettant à des catégories de la population qui ne sont pas dans la sphère politique d’y être représentées.

Nonobstant ce qui précède, le SEN a constaté que le projet de loi organique actuellement en discussion à l'Assemblée nationale comporte de nombreuses lacunes. Il ne prend pas en compte par exemple les jeunes qui sont pourtant majoritaires dans notre pays, ne garantit pas une représentation significative des femmes au Sénat et n'accorde pas une place aux différentes sensibilités du pays. Par ailleurs, au moment où les tensions sociales s'accumulent, la mise en place d'un Sénat à gros effectif ne paraît pas opportune au vu de la charge importante que cela constituerait pour le budget de l'Etat.

Aussi, face à l’absence de toute concertation au sein même de la majorité pour améliorer les textes initiaux et tenir compte du contexte actuel du Burkina Faso, le SEN a décidé à l'unanimité d'instruire les députés de l’ADF-RDA de voter contre le projet de loi portant organisation et fonctionnement du parlement et celui portant modification du code électoral.

Il souhaite que l’ADF-RDA, parti démocratique et républicain qui a toujours assumé ses responsabilités, participe de façon souveraine à la séance plénière du 21 mai 2013 pour y défendre cette position et ses points de vue.
Le SEN appelle par ailleurs toutes les forces politiques qui ont foi en notre démocratie, à privilégier l'Assemblée nationale comme lieu du débat politique contradictoire et à accepter la pluralité d'opinions.

Catégorie :